Megamind en salle le 15 décembre 2010

Un peu avant Noël, sortira en salle : Megamind. Le nouveau film d’animation (en 3D) des studios Dreamworks.

 

Megamind.

L’histoire : un super héros, très méchant et moche, Megamind parvient à détruire son rival Metroman, le super héros gentil, beau, mais voilà : suite au décès de Metroman, Megamind s’ennuie et fabrique un nouveau super héros : Titan, juste pour le plaisir de combattre à nouveau quelqu’un. Pendant qu’il fabrique Titan, il tombe amoureux d’une journaliste : Roxanne, dont Titan est déjà amoureux. Titan réalise vite qu’il est bien plus drôle d’être méchant et de détruire le monde que de protéger les hommes et de diriger le monde. Megamind n’a pas le choix ; pour sauver celle qu’il aime, il doit vaincre Titan et devenir le gentil.

 

Le 3 Novembre 2010, Megamind et Metroman à New-York, entourés de Brad Pitt, Tina Fey et Ben Stiller. ( (c) Andrew H. Walker / WireImage)

 

Les personnages manquent de sentiments, on ne s’y attache pas, on ne vibre pas devant leurs aventures. La 3D pendant 1H35 fini par donner mal à la tête, trop d’objets volent pour justifier cette 3D qui dissimule à peine le retard technique des studios Dreamworks. Les détails comme le fond de l’histoire n’est pas soigné. Les lignes des mains ne sont pas dessinées, les sourcils à peine. Nous n’avons pas envie de rire, à peine de sourire et encore moins envie de verser une petite larme ou de se demander si Megamind parviendra à sauver la ville de Titan (car nous avons vu Spiderman et connaissons la réponse). Le film n’invente rien, il y a dedans des scènes de Superman, des scènes de Spiderman, et même des Indestructibles et sûrement plein d’autre que les vrais cinéphiles  prendront plaisir à reconnaître.

 

Brad Pitt et Angelina Jolie à leur arrivée à la première de Megamind à Paris le 29 novembre ((c) Pascal Le Segretain/ Getty Images)

Les deux seules choses vraiment réussies du film sont les doublures (mais une fois de plus, Dreamworks choisit des superstars pour combler son manque d’histoire) et  le choix des musiques. Quand Metroman arrive dans son magnifique costume blanc à cape et sa banane devant toute cette foule en délire qui veut le toucher et l’embrasser sur une musique d’Elvis Presley (A Little less conversation, a little more action) ou encore, quand Megamind revient plus convaincu que jamais qu’il est là uniquement pour être méchant sur Back in Black d’AC/DC, difficile de penser que le choix des musiques (même s’il ne s’agit pas de créations originales pour le film) est excellent sauf, à la fin puisque Megamind censé être gentil s’éclate sur Bad (Mauvais) de Mickael Jackson.

 

Brad Pitt est la voix américaine de Metroman ( (c) Pascal le Segretain/ Getty Images)

Article : Aurélie

Photos : Jean de Noncin (sauf Brad Pitt et Angelina Jolie à Paris : Getty Images et première New-York : WireImage)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :