La nouvelle galerie des enfants du Muséum National d’Histoire Naturelle : un nouvel espace très nature et découverte

Un nouvel espace pédago-éducatif dévolu aux enfants de 6-12 ans ouvre ses portes au public le 6 octobre prochain au sein de la vénérable institution du Muséum National d’Histoire Naturelle. Laruedubac était à la présentation fait à la presse le 2 octobre, l’occasion pour nous de vous présenter en avant-première ce nouvel outil muséographique mis à la disposition de la « famille ».

Ce nouvel espace d’exposition consacré à l’environnement et à la biodiversité, sujet incontournable qui doit répondre à une actualité : comprendre et protéger la nature pour mieux la préserver. Quoi de mieux pour cela que de sensibiliser les générations futures en les sensibilisant à l’éco-citoyenneté de demain ?

La galerie des enfants se veut un lieu de médiation dédié aux familles et à leurs  enfants âgés de 6 à 12ans. Organiser sur une surface de 500m2, la biodiversité est abordée grâce à quatre espaces thématiques. La ville, la rivière, et la forêt tropicale des Indiens Kayapo au Brésil, se développent au rez de chaussé et cherchent à placer le visiteur en immersion dans les différents milieux. Partant de l’habitat urbain ou milieux naturels, l’ensemble tend à montrer les interactions souvent lointaines entre ces différents milieux dans lesquels les espèces naturelles évoluent… Le quatrième espace s’articule à l’étage sous la forme d’une mezzanine consacrée à la planète aujourd’hui et élargit le discours à l’ensemble du globe en exposant les menaces pesant sur la biodiversité et les moyens d’y remédier ainsi que les suggestions sur les moyens collectifs et individuels à employer pour préserver les équilibres. Enfin et surtout pour les structures mises à disposition du jeune public, un atelier pédagogique «la nature en ville» propose des animations encadrées par des intervenants qui permettent de compléter les connaissances et d’effectuer des observations plus précises sur l’environnement.

A l’aide de Ludmilla 10 ans et d’ Anastassia 9 ans, Laruedubac a pu observer en application et recueillir à chaud les impressions de la tranche d’âge concernée :

Laruedubac :  Cela vous a plu ?

Ludmilla :  Oui, ça m’a beaucoup plu, c’était vraiment pour les enfants. Ils expliquaient bien et je comprenais tout, je me suis bien amusée.

Laruedubac : Qu’avez-vous préféré ?

Anastassia ;  J’aimais bien que des personnes m’explique ce que je pouvais voir, en revanche, je n’ai pas beaucoup aimé les jeux avec les télévisions et les touches, ce n’était pas efficace.

Ludmilla : C’était très drôle d’aller sous la table écouter la rivière.

Laruedubac :  L’atelier, c’était comment ?

Ludmilla :  Intéressant d’apprendre les choses que tu n’avais pas vu dans la galerie sur les animaux .

Anastassia : Oui c’était très intéressant quand la jeune fille posait les questions, je me suis rappelé de ce que j’avais vu dans l’exposition et ça m’a appris des choses sur les animaux.

Laruedubac : Merci beaucoup les filles.

Ce qui fut intéressant pour moi, en accompagnant les enfants, fut de constater que l’interactivité ne peut se substituer  à l’enseignement. Si un souci de lisibilité et de pertinence a été mené pour que la nécessaire vulgarisation ne l’emporte sur la vigilance scientifique, l’équilibre reste difficile à trouver entre les deux et l’accompagnement est nécessaire et vivement recommandé. Sans doute cette difficulté tient, comme souvent dans l’aspect muséographique particulièrement soigné dans la galerie des enfants cette dernière tant sans doute à se perfectionner en réglant quelques détails qui peuvent désorienter. La signalétique, à mon sens, n’est pas assez établie et l’éparpillement nous tente rapidement parmi toutes les interactivités proposées. Autre exemple ; si l’accent est aussi mis sur l’accès aux handicapés, mobilités réduites, aveugles ou mal entendant, il est regrettable qu’en dehors de l’atelier des textures ne soient pas proposées, car le sensoriel qui se veut traité et mis en avant trouve ici une lacune élémentaire que les statues de bronze ne peuvent compenser. Toute fois, il faut souligner ce bel effort pédagogique mis à la disposition du public et nous encourageons vivement son développement et vous en recommandons la visite.

Infos pratiques :

Métro: Jussieu, Censier-Daubenton, Austerlitz, Place Monge.
Ouverture: Tous les jours sauf le 1er mai de 10H à 18H.
Tarifs incluant l’entrée de la grande Galerie: Adultes : 9€
Moins de 26 ans :7€
Gratuit pour les moins de 4 ans.
Durée de la visite : 1h30 environ.

Article et photos : Jean de Noncin.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :